Le GEVES en Chine pour former nos homologues chinois aux études DHS

8NovImage

Le GEVES en Chine pour former nos homologues chinois aux études DHS

Writtern by contributeur

Sous l’égide des autorités chinoises souhaitant développer de manière accrue la mise sur le marché de variétés nouvelles de différentes origines et d’IP Key China (structure pilotée par la Commission Européenne visant à la mise en œuvre de la Propriété Intellectuelle), une délégation du GEVES aux côtés de celles de l’OCVV et du Naktuinbouw a contribué du 11/09 au 15/09 à une formation dans la conduite des études DHS auprès des cadres et acteurs opérationnels de la DHS des 2 structures chinoises impliquées dans la mise en œuvre des études DHS, l’une placée au sein de l’Académie d’Agriculture et dédiée aux espèces légumières et agricoles et l’autre placée au sein du Service des Forêts et des Prairies et dédiée aux espèces ornementales, fruitières et forestières. 

Portant sur la méthodologie générale de réalisation d’une étude DHS et illustrée pour les experts du GEVES par des cas issus de protocoles DHS de 4 espèces (aubergine, chou chinois – pak choï, hortensia et piment/poivron), cette formation avec des aspects théoriques en salle et pratiques sur le terrain a touché un public d’une cinquantaine de personnes des deux structures impliquées dans la conduite des essais DHS pour l’inscription ou la protection et a permis de nombreux échanges sur des aspects opérationnels d’une étude DHS (collection variétale, méthodologies d’observation et de mesure, …). 

Les autorités chinoises ayant décidé d’élargir le nombre d’espèces soumises à inscription (au-delà des blé, coton, maïs, riz et soja) et de ne plus faire payer les études DHS officielles, une forte hausse du nombre de variétés en demande de protection / inscription a été observée en 2018 avec quelques 5000 demandes. Avec 26 stations d’essais officiels pour la majorité implantées sur la moitié est du pays, le réseau sera étoffé à court terme par 2 nouvelles stations. 

Cette semaine de formation et d’échanges entre les Offices d’Examen de l’Union Européenne et de Chine pourrait se traduire durant les mois à venir par une coopération accrue entre Chine et UE pour la mise en place d’équipes DHS chinoises renforcées notamment pour une Propriété Intellectuelle consolidée sur le territoire de la Chine.

Print Friendly, PDF & Email
Facebook
Facebook
Twitter
Visit Us
YouTube