BRASEXPLOR : Caractériser la diversité génétique de Brassicacées méditerranéennes pour une production durable.

26 Jan 21 Image

BRASEXPLOR : Caractériser la diversité génétique de Brassicacées méditerranéennes pour une production durable.

Le projet BRASEXPLOR soutenu par un financement européen a officiellement démarré le 01/09/20 pour une durée de trois ans.

 

Il regroupe 12 partenaires de 7 pays et est piloté par l’INRAE – IGEPP de Rennes (https://www6.inrae.fr/brasexplor) et vise à rechercher les déterminants génétiques de l’adaptation aux changements climatiques en explorant la diversité génétique du chou et du navet. Ces deux espèces originaires du bassin méditerranéen sont présentes sous forme de populations sauvages et fermières sur un gradient nord de la France jusqu’à la zone subsaharienne. Leur croisement, il y a près de 7 500 ans, a donné naissance au colza, 3ème oléagineux mondial. Brassica rapa et Brassica oleracea sont des espèces à morphotypes végétatifs soit foliaires soit racinaires variés, au cœur d’une alimentation humaine riche et diversifiée (Fig.2).

Le consortium prévoit de collecter et multiplier des populations sauvages s’étendant de la côte nord atlantique au désert sud algérien ainsi que des variétés locales des pays contributeurs de manière à caractériser la diversité génétique disponible sur un large gradient pédo-climatique.

Le GEVES contribuera au phénotypage de la centaine d’accessions par espèce, qui seront collectées par l’ensemble des partenaires et multipliées dans les mêmes conditions par l’UMR IGEPP, en se focalisant sur les étapes de germination et début de croissance en conditions favorables ou de stress hydro-thermique pour quantifier l’adaptation des populations au changement climatique.

Figure 1 : Kick-off meeting online les 9 et 10/09. Les premiers pays connectés (France, Espagne, Slovénie) font connaissance, (parfois à contre-jour !) en attendant les partenaires italiens et algériens. Tunisie et Egypte ne participeront malheureusement pas à cette réunion de lancement.

Figure 2 : Arbre phylogénétique des espèces Brassica rapa (à gauche) et Brassica oleracea (à droite) montrant la diversité morphologique des légumes associés (source : Cheng et al., Nature Genetics, 2016)

Vous aimerez aussi :
Officialisation d’une méthode de Détection de Xanthomonas (Xap et Xff) sur semences de haricot
Du côté de la Section CTPS Espèces Légumières
Du côté de la Section CTPS Plantes fourragères et à gazon
Nouvelles méthodes d’imagerie pour phénotyper les maladies du blé : le point sur les recherches
Réunion annuelle de l’EU-VCU Group (Groupe européen experts VATE)