AsCoLuP (sur lupin et pois chiche), un projet abouti !

27 Mai 24 Image

AsCoLuP (sur lupin et pois chiche), un projet abouti !

Le projet AsCoLuP a eu pour ambition d’acquérir des connaissances sur l’ascochytose du pois chiche et l’anthracnose du lupin, maladies méconnues ayant un impact fort sur le rendement en agriculture biologique comme conventionnelle.  

Afin de pouvoir acquérir ces connaissances, le projet visait à : 

  • la compréhension des dynamiques de développement et de contamination des races d’Ascochyta rabiei (pois chiche) et Colletotrichum lupini (lupin) dans un contexte français, 
  • la mise au point de méthodes homogénéisées permettant une gestion commune et uniforme de ces maladies de la semence au champ,
  • l’identification de leviers agronomiques ou technologiques permettant une maitrise des maladies en production de semences ou de consommation, l’impulsion d’une dynamique territoriale entre les acteurs de ces filières.

Financé par le CASDAR et porté par Terres Inovia, ce projet a regroupé plusieurs partenaires et acteurs de la filière (FNAMS, GEVES, Chambre d’Agriculture Bretagne et Normandie, LUBEM, Qualisol, Arterris, Epis de Gascogne, Jouffray Drillaud, EPLEFPA, Soufflet, Terrena Innovation, Top Semences). Impliqué sur les 3 principaux axes, le GEVES a fortement contribué à la réussite de ce projet.

Nos travaux visaient la validation de la méthode de détection d’Ascochyta rabiei sur pois chiche. Nous avons caractérisé une collection de 20 souches d’Ascochyta rabiei et 20 souches non-cibles, évalué les critères de performance et mis au point un test de pouvoir pathogène. Cette méthode actuellement soumise pour validation au sein de l’ISTA, sera publiée en janvier 2025.

Parallèlement, un travail a été lancé pour le développement d’un test de résistance du pois chiche à Ascochyta rabiei ainsi que l’étude de la distribution des races de ce pathogène en France.  Dans un premier temps, la mise au point du pathosystème a nécessité une maitrise des conditions contrôlées, de la méthode de contamination et la définition d’une échelle de notation avant de sélectionner les souches de référence et les témoins représentatifs des différents niveaux de résistance. Par ces travaux, nous pouvons proposer un test permettant de discriminer les variétés de pois chiche pour leur résistance à l’anthracnose et de connaitre les races prédominantes sur le territoire.

Enfin, dans le cadre de l’évaluation de traitement alternatif dont les apporteurs (principalement processus de désinfection physique) ont été sourcés en 2020, le GEVES a fourni environ 50kg de semences contaminées au printemps et à l’automne 2021, 2022 et 2023 pour la réalisation des essais en champs. Lors des deux dernières années du projet, le pathosystème a été mis au point en conditions contrôlées afin de compléter les données issues du champ sur l’évaluation des méthodes alternatives. Ces données ont permis de mettre en évidence l’efficacité relative de certains process de désinfection contre le Colletotrichum lupini en conditions contrôlées.

Vous aimerez aussi :
20èmes journées des laboratoires d’analyse de la qualité des semences
Du côté de la Section CTPS Pomme de terre
Une nouvelle politique R&D pour mieux évaluer les variétés et les semences en lien avec la transition agroécologique et le changement climatique
Du côté de la Section CTPS Vigne
Actualisation du barème CTPS