Lancement du projet européen H2022 BELIS : Sélection de légumineuses en Europe pour une meilleure durabilité

27 Nov 23 Image

Lancement du projet européen H2022 BELIS : Sélection de légumineuses en Europe pour une meilleure durabilité

Les 17 et 18 octobre dernier s’est tenu, dans les locaux de Terrena à Ancenis, la réunion de lancement du projet BELIS donnant le coup d’envoi pour 5 années de recherche visant à améliorer la sélection des légumineuses pour accroître la durabilité des systèmes agricoles basés sur ces espèces.

Projet financé par l’Union européenne dans le cadre de son programme de R&I Horizon Europe, le projet BELIS, Breeding European Legumes for Increased Sustainability, réunit 34 partenaires de 18 pays de l’Union européenne ou pays partenaires.

Il a pour ambition d’accroître l’attractivité et la durabilité des légumineuses fourragères et à grains grâce à l’optimisation des méthodologies de sélection et d’évaluation variétale, la recherche de nouveaux traits et la recherche d’un contexte  économique et règlementaire dans le domaine.

Le projet se concentre sur 7 plantes fourragères, comprenant la luzerne, le trèfle rouge, le trèfle blanc, le trèfle annuel, le sainfoin, le lotier corniculé et la vesce. Il englobe également 7 cultures de légumineuses à grain, à savoir les pois, les féveroles, le soja, le lupin blanc, la lentille, le pois chiche et le haricot commun.

Le GEVES contribue au projet à travers son axe de travail sur les perspectives d’optimisation des évaluations de DHS, de certification et de VATE pour tout ou partie des espèces listées au côté d’autres partenaires publics et privés.

Ces deux jours furent ainsi l’occasion pour le GEVES de rencontrer et d’échanger avec les différents partenaires du projet mais aussi d’expliciter les objectifs et missions sur lesquels nous sommes impliqués.

Ainsi, Arnaud Remay et Muriel Thomasset (BIOGEVES) co-leaders de la partie sur l’utilisation de marqueurs moléculaires pour la DHS et la certification, ont présenté les grandes lignes du travail à réaliser. Cette tâche se décompose en deux parties distinctes. La première vise à identifier et à utiliser des marqueurs moléculaires pour améliorer à la fois les études DHS et la gestion des collections de référence pour deux cultures majeures : le pois et la luzerne (avec la participation du GEVES, de l’INRAE et du CREA). La seconde partie de cette tâche consiste à tester différents marqueurs moléculaires pour faciliter l’identification des lots de semences et évaluer leur pureté, cette fois-ci pour le pois, la lentille, le pois chiche, la féverole et la luzerne (en collaboration avec le GEVES, l’IFVCNS et l’UNIVPM).

La deuxième partie de cet axe de travail est centrée sur l’évaluation VATE des espèces. Elle vise, dans un premier temps,

  1. à collecter les protocoles d’expérimentation VAT des pays partenaires afin d’en analyser différences et similitudes,
  2. à analyser le données historiques VAT de différentes régions géographiques pour estimer la performance de site d’essais et
  3. à identifier de nouveaux traits variétaux à évaluer.

Deux réseaux d’essais étendus sur plusieurs pays seront ensuite mis en place pour l’évaluation de variétés de luzerne et de pois sur la base des enseignements acquis. In fine, l’objectif est d’identifier la possibilité de mettre en place des essais partagés et performants pour répondre aux besoins du système d’inscription de chaque état membre.

Vous aimerez aussi :
Deux nouveautés pour les acteurs impliqués dans la démarche nationale !
Visite de la Direction Départementale des Territoires du Maine-et-Loire (DDT 49)
10ème Conférence Internationale sur les Pseudomonas syringae à Porto
La résistance au ToBRFV, un caractère additionnel reconnu dans les études DHS de variétés de tomate
Officialisation d’une méthode de Détection de Xanthomonas (Xap et Xff) sur semences de haricot