Du côté de la Section CTPS Espèces Fruitières – octobre 2021

6 Déc 21Image

Du côté de la Section CTPS Espèces Fruitières – octobre 2021

Writtern by contributeur

Réunie le 21 octobre, la Section est notamment revenue sur un bilan de la campagne de certification fruitière, sur le plan de gestion « Pear Decline » et sur les questions posées par la toute prochaine entrée en application du règlement Agriculture Biologique 2018/848, dont certaines dispositions apparaissent incompatibles avec les règlementations en vigueur sur la qualité du matériel de reproduction d’espèces fruitières. Enfin, la Section « Espèces fruitières » a été informée de l’impact du gel sur les essais DHS, et des discussions en cours au niveau européen pour convenir d’une nouvelle procédure de suivi sanitaire du matériel végétal fourni pour les essais DHS.  

Après d’importantes contaminations en 2020 et 2021 des matériels de reproduction par le phytoplasme responsable du Pear Decline, la profession, avec l’appui de la DGAL, a obtenu de la Commission Européenne une révision du Règlement Santé de Végétaux pour limiter les pertes et surtout maintenir une production de plants de poirier français. Des actions d’assainissement des pépinières et d’amélioration des méthodes de détection ont été mises en place.  

Concernant le règlement Agriculture Biologique, sa mise en application se heurte à la règlementation en vigueur sur la certification de matériel de reproduction d’espèces fruitières, notamment sur la notion de plante mère. Une clarification est attendue dans les prochaines semaines, ce qui pourrait avoir des conséquences importantes sur les capacités de la pépinière française à produire des plants fruitiers biologiques à l’avenir. Les experts de la Section sont en action auprès de la DGPE, d’INAO et de la Commission Européenne pour discuter et éventuellement faire évoluer des points techniques et réglementaires qui pourraient être bloquants pour la production de plants fruitiers biologiques à une large échelle.    

Un bilan de l’impact du gel sur les essais DHS, important pour les Prunus, a par ailleurs été partagé avec la Section. Une cinquantaine de variétés verra son étude prolongée d’une année, les fruits n’ayant pu être observés en 2021. Les mesures de protection contre ces épisodes de gel printanier vont être renforcées, en espérant qu’elles permettront de limiter les dégâts en cas de récidive. 

Enfin, les déposants ont été avertis de la mise en place d’une nouvelle procédure OCVV de suivi sanitaire des essais DHS, qui sera également mise en place pour les dossiers étudiés dans le cadre du CTPS et d’INOV. Pour garantir la comparaison des variétés de pommier issues de mutation dans les meilleures conditions possibles, l'Office d’Examen concerné effectuera lui-même les prélèvements de feuilles et de racines sur les arbres reçus pour intégrer l’essai DHS, et enverra ce matériel dans un laboratoire désigné par l’OCVV après un appel d’offre. Le laboratoire effectuera des tests pour détecter la présence éventuelle d’un phytoplasme et de 4 virus, qui peuvent mettre en péril l’essai DHS et influencer le phénotype de la variété. Cette procédure entrera en vigueur dès janvier 2022. 

 

Twitter
Visit Us
YouTube