L’étude du génome peut-elle remplacer l’étude DHS au champ ?

L’étude du génome peut-elle remplacer l’étude DHS au champ ?

Writtern by contributeur

Compte tenu des outils de biologie moléculaire disponibles aujourd'hui, on pourrait imaginer pouvoir se baser uniquement sur son profil génétique pour décrire et identifier une variété. Mais cela aurait deux inconvénients : d'une part, une description moléculaire ne vous dit pas (encore !) l'aspect que la variété a quand vous la cultivez, ce n'est donc pas d'un usage très pratique. D'autre part, deux profils génétiques distincts peuvent très bien s'avérer identiques sur le terrain, ce qui pourrait apporter de la confusion au niveau commercial. C'est pourquoi on reste encore attaché essentiellement à la description des plantes sur le terrain.  Par contre, le profil génétique est un outil formidable pour faire du contrôle variétal (ce lot de semences correspond-il bien à la variété déclarée), ou du contrôle de formule d'hybride (le profil génétique de cet hybride correspond-il bien à la formule génétique attendu, du fait du profil génétique de ces deux parents?)

En savoir plus sur les études DHS

Twitter
Visit Us
YouTube