Groupe d'Etude et de contrle des Varits Et des Semences

alt

Généralités sur les semences

 

Les semences ou les plants sont utilisés par les agriculteurs pour ensemencer les cultures et produire :

  • du grain qui sera ensuite transformé en farine, en huile, en tourteau
  • du fourrage pour l’alimentation du bétail
  • des légumes secs et frais pour la consommation humaine
  • des fruits
  • des fleurs
  • des fibres pour l’industrie textile
  • ...

La semence est une matière première biologique dont la qualité influe directement la production finale.

La France est un grand pays producteur de semences avec 335.000 hectares de production réalisés par 24 500 agriculteurs multiplicateurs, répartis sur le territoire national, principalement dans le Nord de la France, en Anjou, dans le Sud-ouest, en Bretagne et dans la Vallée du Rhône.

Avec 527 millions d’euros à l’exportation contre 320 millions d’euros à l’importation, la balance commerciale est excédentaire d’environ 200 millions d’euros toutes espèces confondues et cette évolution se confirme depuis plus de 12 ans maintenant.

Grand pays agricole, la France a acquis la technicité qui lui permet de maîtriser toutes les phases de la production : sélection de variétés adaptées, production de semences et ce dans le cadre d’une filière très organisée où le consommateur premier qu’est l’agriculteur, est assuré de la conformité et de la qualité de son approvisionnement.

Les plantes font l’objet d’une classification en catégories hiérarchisées, chaque groupe de niveau supérieur contenant des sous-groupes qui rassemblent les individus ayant des caractères voisins.
Du plus grand au plus petit ensemble, on distingue : l’embranchement, le sous-embranchement, la classe, l’ordre, la famille, le genre, l’espèce et la variété.

Dans le contexte agricole, une variété est un ensemble de plantes cultivées, au sein d’une espèce, qui peuvent être clairement identifiées par des caractères morphologiques, physiologiques, chimiques ou autres, et qui après multiplication sexuée ou végétative conserve ses caractères.
« Cultivar » est un synonyme du terme « variété ».

Une variété végétale peut être multipliée soit par :

  • La voie sexuée : croisement entre une plante mâle et une plante femelle qui aboutit à l’obtention d’une semence.
  • La voie végétative : le descendant est une copie à l’identique de l’individu initial. Le bouturage, le greffage, le marcottage et la multiplication in vitro sont les procédés les plus classiques.  

Une variété peut être diffusée sous forme de :

  • Semences.  Organes de dispersion et de reproduction des plantes, une semence peut être humide (espèces forestières ou exotiques à très forte teneur en eau telle que le chêne ou le cacaoyer) ou sèche (semences à faible teneur en eau, comme le blé, le pois…).
  • Plants.  On appelle ainsi un jeune végétal herbacé ou ligneux, ou un organe humide de reproduction ( tubercules, bulbes, rhizomes ), destiné à être mis en place pour une culture ou un usage déterminé. Le plant provient soit d’un semis (ex : plant de tomate), soit d’un procédé de multiplication végétative (ex : plant de vigne, plant d’ail).

Depuis qu’il a développé l’agriculture, l’homme a mis en culture une partie de la diversité végétale naturelle afin de créer des variétés adaptées à ses besoins. 

 Les formes cultivées anciennes, les formes sauvages de la même espèce, les espèces et les genres voisins constituent les ressources génétiques d’une espèce.

Les variétés nouvelles sont aussi potentiellement éligibles pour devenir à terme des ressources génétiques. Ces ressources constituent une réserve de plantes ou de populations de plantes, susceptible de répondre aux besoins de l’homme et des sociétés. On peut en ce sens parler de patrimoine

 Haut de page


27/06/2011